đź’© Les pires jeux que vous ayez connu

Si nous nous rappelons facilement des meilleurs jeux avec lesquels nous avons débuté dans le jeu de rôle, certains jeux laissent un souvenir indélébile tellement ils étaient… mauvais…

Alors, quels jeux vous ont marqué ?

Et personnellement, je commence avec Elekaze, un jeu de rôle de fantasy improbable, avec des règles incompréhensibles, inutilement lourdes (des formules de calculs pour tout et n’importe quoi), des peuples étranges… et des cartes de plus inutilisables de toutes les villes qui n’ont aucun intérêt.

Je vous prévoi un article à son sujet d’ailleurs !

Ça risque de m’attirer quelques foudres mais… Je pense que ma plus grosse déception en terme de Jeu de Rôle est Plenilunio. Pourtant, sur le papier, il a tout pour plaire. Un univers Post-Apo particulier, illustré par Luis et Romulo Royo, avec ses Célestes et Lunaires…

Et pourtant, difficile d’écrire un scĂ©nario prenant sur un tel univers, qui au final apparaĂ®t plus vide qu’il n’y parait, et peine a se relever malgrĂ© le « gĂ©nĂ©rateur de scĂ©nario Â» a coup de carte de tarot, et son extension. Peut-ĂŞtre que c’est moi qui ai un soucis avec l’univers du jeu, ou que le jeu lui mĂŞme a en effet des gros dĂ©fauts mais c’est, je pense, ma plus grosse dĂ©ception rollistique.

Edit : J’en ai oublié un autre mais… F.A.T.A.L, évidemment. Ou serait-on sans les memes…
( PS, un rien NSFW, cherchez pas ça au risque de vous brûler le cerveau sur des règles complètements aberrantes, avec leurs justifications pseudo-historiques miteuses, et les yeux avec ses illustrations. )

Je vais enlever les jeu protos qu’on m’a envoyé ou fait lire, car là, si vous voulez avoir un aperçu de la nullitude, c’est… grandiose (mention spéciale au jeu de Vampiloup qui n’a pas aimé ma réponse officielle quand j’étais vendeuse en boutique sur la chose qu’il a commis et qu’il m’a asséné).

Pour le JDR tellement mauvais que… non, définitivement, il y a Elekaze, le syndrome du ADD avec plus de races, plus de classes, plus de magie, plus de sorts, plus de tout, mais sans jamais s’être demandé si cela servait à quelque chose et si cela tenait debout et avec une maquette et une mise en page qui ferait honte à des collégiens tenant leur fanzine d’école. Une sorte de cas d’étude, ce truc.

Et puis, Anima… la démonstration parfait qu’une belle mise en page et de belles illustrations et un thème vendeur (la fantasy japanimation) ne suffisent pas à faire un bon jeu, quand tu sort des règles non seulement plus complexes que celles de Rolemaster, mais autrement moins bien expliqués, moins bien documentées et moins bien organisées… et qui, ENCORE UNE FOIS, n’ont jamais été pensées pour être employées efficacement à des fins ludiques !

Y’en a encore d’autres, des trucs aux mécaniques de jeu pensés avec les pieds, branlés avec deux mains gauches, des sortes de foirages complets assumés par des gars dont la réponse aux remarques motivées est souvent TROLOLOL, je citerai Mutant Chronicles ou D20 Modern, par exemple.